Une épave romaine des iles Formigues retrouvée avec une partie de sa coque.

Les archéologues ont découvert que l’ épave romaine des iles Formigues, trouvée fin 2016 à Palamos Costa Brava, conserve une partie du bois de sa coque. La découverte est une première dans le Baix Empordà, puisque les épaves localisées jusqu’ici dans les régions de Begur et d’Aiguablava ont seulement gardé leur chargement (c’est-à-dire, les amphores). Les restes du navire, datant probablement du début du 1er siècle après JC, sont à environ 45 mètres de profondeur.

L’ épave romaine des iles Formigues a été découverte fin 2016 lors de la campagne que les archéologues du CASC et le sous-marin Ictineu 3 ont réalisé ensemble sur la côte du Baix Empordà. Le bateau se distingue par son bon état de conservation (en fait, dans toute la Méditerranée, il y en a peu dans cet état).
Au cours de la dernière campagne autour des iles Formigues, les archéologues ont excavé une partie de la cargaison de l’épave romaine des iles Formigues et ont pu documenter 135 amphores. On sait que le navire mesurait entre 10 et 15 mètres de long et qu’il était dédié à la distribution des marchandises pour les petits ports de la région. Quand il a coulé, il était sûrement chargé de sauce de poisson ou de garum. Le chef du Centre de recherche archéologique subaquatique (CASC), Gustau Vivar, affirme que la découverte de bois préservé, permettra d’étudier en profondeur l’architecture navale du navire et d’ouvrir de nouvelles hypothèses sur le commerce maritime de l’époque.

épave romaine des iles Formigues Palamos Costa Brava
Maintenant, le site a commencé à être exploré en profondeur par une équipe spécialisée de huit plongeurs, qui sont descendus à des profondeurs de plus de 45 mètres. Au cours de cette campagne, les archéologues se sont concentrés sur la découverte de la taille du navire. A partir de la partie centrale du navire estimée, ils ont commencé à enlever le sable qui couvrait les amphores. Ils l’ont fait dans toutes les directions, jusqu’à ce que les vestiges leur aient permis de définir les côtés du navire, puis d’estimer les mesures de l’épave romaine des iles Formigues.
« La largeur entre le bâbord et tribord, était entre 4 et 5 mètres », explique M. Vivar. « Cela nous amène à parler d’un bateau de 10 à 15 mètres de long, dédié à la distribution des marchandises vers les ports secondaires », ajoute le responsable du CASC.

Le bois de la coque de l’ épave romaine des iles Formigues en partie conservé

Pour l’instant, dans cette dernière campagne, les archéologues ont creusé une zone d’environ 4 m². Le reste de l’ épave romaine des iles Formiguessera débarrassé du sable et documenté dans les années à venir. Les plongeurs ont déjà trouvé jusqu’à 135 amphores. Et ce qui est plus surprenant, a été de pouvoir certifier que l’épave contient le bois de la coque. La découverte est exceptionnelle, car c’est la première fois que les archéologues trouvent une partie du bateau dans un navire de l’époque romaine coulé dans le Baix Empordà.

« La préservation de ce bois est très difficile, parce que souvent les naufrageurs apparaissent près de la côte, c’est-à-dire, des bateaux qui frappent les récifs, qui éclatent et seulement une partie de la cargaison d’amphores est conservée », a déclaré Gustau Vivar. C’est ce qui s’est passé, par exemple, dans le cas des gisements situés à Aiguablava ou au Cap de Begur. Pour cette nouvelle épave, les archéologues croient que le navire a été frappé par une tempête et a essayé de se sauver en jetant l’ancre pour empêcher le vent de l’envoyer contre les rochers. Cependant, les vagues ont submergé le navire, l’entraînant vers le fond avec toute la charge.
Pour l’instant, là où le sable a été enlevé, les archéologues ont vu un point où une partie des amphores manquait. Mais profitant de ces trous, ils sont allés plus loin dans le fond jusqu’à ce qu’ils trouvent le bois. En particulier, ils ont repéré deux poutres et des planches.
épave romaine des iles Formigues Palamos Costa Brava
Le responsable du CASC ajoute que, grâce au fait que les amphores ont protégé l’épave romaine des iles Formigues, les archéologues pourront étudier en profondeur la technique de construction du navire. « C’est une découverte importante, car elle nous permettra de bien délimiter la forme du navire et de voir s’il a été construit ici ou de l’autre côté de la Méditerranée », explique M. Vivar. L’archéologue explique qu’il veut étudier si ce navire appartient à la même famille que les deux constructeurs ibériques qui se trouvaient au Cap de Creus (Cala Cativa et Cap de Vol).
En outre, M. Vivar avance également que la découverte ouvre de nouvelles hypothèses sur le commerce maritime de l’époque (car elle permettra d’approfondir les connaissances sur les routes et le type de marchandise de ces navires).
Parallèlement à cela, M. Vivar souligne également que beaucoup des 135 amphores qui ont été localisées sont encore ensevellies. La plupart de ceux qui ont été découverts jusqu’à présent sont du type ‘Dressel 7’ (bien qu’il y en ait d’autres). On croit qu’ils transportent des sels ou de la sauce de poisson. Surtout, un mélange très populaire connu sous le nom de garum fait avec des morceaux de poisson salés qui sont laissés à macérer une année. Ceci, pourra être certifié quand les archéologues les sortiront du fond marin et les ouvriront.

À l’heure actuelle, les archéologues ont réalisé des centaines de photographies de la partie du navire qu’ils ont déterrée et transformée en une image 3D (ce qui permet de se faire une idée du site).

Cependant, l’épave des îles Formigues cache encore de nombreux secrets qui seront découverts dans les prochaines interventions. Cette année, le bateau du CASC, «Thetis», effectuera une campagne archéologique entre juin et octobre. En plus de poursuivre l’excavation de ce bateau du Baix Empordà, il étudiera une autre épave située à Torredembarra et se déplacera également à Alicante (sur le site de Bou Ferrer) et à Minorque.

Video du diari de girona

Pour aller plus loin :

http://www.mac.cat/Seus/CASC

https://blog.costabrava-pals.com/epave-autour-iles-formigues-decouverte-costa-brava/

sources :

http://www.regio7.cat/multimedia/fotos/catalunya/2018-03-20-120382-vaixell-roma-enfonsat-formigues-conserva-part-fusta-casc.html

https://www.vilaweb.cat/noticies/els-arqueolegs-descobreixen-que-el-vaixell-roma-enfonsat-a-les-illes-formigues-conserva-part-de-la-fusta-del-casc/
https://www.gerio.cat/noticia/322773/els-arqueolegs-descobreixen-que-el-vaixell-roma-enfonsat-a-les-illes-formigues-conserva-pa

http://www.diaridegirona.cat/cultura/2016/11/10/arqueolegs-troben-illes-formigues-amfores/813979.html

http://www.diaridegirona.cat/cultura/2018/03/20/vaixell-roma-enfonsat-illes-formigues/902461.html

Amateur de soleil et de criques. J’aime les balades le long de la mer méditérannée, la gastronomie catalane, la plongée sous-marine, les photos et les oiseaux dans les rizières de Pals.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.