L’aventurier des arches perdues du cloitre de Palamos (3)

Après la découverte du cloitre de palamos et le temps des premières constatations, voici venu les temps des chercheurs.

Pastiche or not pastiche ?

La commission officielle qui a jugé le cloitre de Palamos comme un pastiche, a laissé des zones d’ombres et des questions sans réponses.

    • Les pierres semblent authentiques, l’iconographie de belle facture très respectueuse du style de Silos. Mais l’étude rapide n’a pas permis de daté précisément le cloitre et de définir quelles sont les parties originales et les parties copiées.
    • Si ce cloitre était véritable, quel en serait son origine ? Les dimensions impressionnantes du monument ne peuvent suggérer qu’une cathédrale ou un grand monastère. Or ce type de monument a une histoire bien connue et personne n’a pu faire le lien entre le cloitre de Palamos et grand monument de l’époque romane.

Ce sont les réponses à ces questions qui devront apporter la lumière sur l’origine et l’authenticité du cloitre.

cloitre de Palamos FOTO JOAN CASTRO ICONNA fet

cloitre de Palamos FOTO JOAN CASTRO ICONNA

Une équipe multidisciplinaire parallèle

En parallèle des travaux de la commission 2012, une étude plus approfondie a été demandé à différents chercheurs par le ministère de la Culture : D Le professeur Boto, bien sûr, mais aussi le géologue Marius Vendrell (Université de Barcelone) et Pilar Giráldez ( World 2.0 ).
Sur un plan géologique, les données obtenues par l’équipe de M. Vendrell confirment non seulement l’utilisation de pierres anciennes dans la construction du cloitre, mais apportent également des vues sur les techniques utilisées : preuves et de manutention, présence de patines, consolidation avec de la chaux, etc. Ce sont des techniques anciennes peu utilisées dans les reproductions du XXe siècle. De plus, l’équipe confirme que toutes les galeries sont construites avec de la pierre de Villamayor, largement utilisée dans la construction à Salamanque et ses environs depuis les temps anciens.

cloitre de palamos FOTO JOAN CASTRO ICONNA

cloitre de palamos FOTO JOAN CASTRO ICONNA

Pour ce qui est de l’origine historique et architecturale de ce cloitre de grande dimension, l’équipe du professeur Boto démontre que les galeries de Mas del Vent correspondent au cloître de l’ancienne cathédrale de Salamanque. Leur conclusion est basée sur la documentation historique de démontage, la correspondance des unités de mesures entre Palamos et Salamanque (pied capitulaire), la coïncidence des dimensions du cloitre de Palamos et du cadre de la faculté de Salamanque, du répertoire iconographique des chapiteaux et de quelques autres aspects techniques.
Les éléments complets de la démonstration des scientifiques se trouve à l’adresse suivante : http://fempatrimoni.blogspot.fr/search/label/Mas%20del%20Vent

Le parcours très mouvementé du cloitre de Palamos

L’ancien cloître roman de la cathédrale de Salamanque, a été très endommagé par le tremblement de terre de 1755, funeste et terrible tremblement de terre qui rasa la ville de Lisbonne, faisant plus de 10 000 morts, et ressenti dans une grande partie de la péninsule ibérique.
En 1783, la documentation capitulaire indique la décision de démolir le cloître roman, en raison des dégâts causés par le tremblement de terre. Les pierres démontées devaient être stockés dans un espace à proximité, probablement un jardin intérieur. Mais, comme la plupart des pièces étaient en bon état, il a été convenu de restaurer le cloitre, en utilisant correctement les pierres et les couvertures entreposées.

Palamós. Mas del Ven
Cependant, en 1785, la décision a été prise d’une reconstruction en style néo-classique, plutôt que la reconstruction du cloitre initial. C’est ce nouveau cloitre que l’on peut voir aujourd’hui en place à Salamanque.
En 1923, les pierres du cloitre démonté ont été mises en vente sans succès. On connait la suite, avec l’achat par l’antiquaire madrilène dans les années 30 puis le transfert vers Palamos dans les années 50. L’origine du cloitre, d’une grande dimension et d’une qualité exceptionnelle, est ainsi prouvée.

Le cloitre de Palamos est authentique

Les études historiques et géologiques sont convaincantes. Il existe bien un faisceau important de données analytiques, documentaires et iconographiques pour démontrer avec de solides garanties scientifiques, que les galeries du Mas Vent correspondent au cloître roman de la vieille cathédrale de Salamanque, et forment donc une pièce d’art roman d’une exceptionnelle valeur historique et artistique. Telle est la conclusion de l’étude présentée par le professeur Boto à l’automne 2013.

cloitre de Palamos 32 détail
Depuis la publication des résultats de l’étude, le gouvernement a engagé une procédure pour déclarer le patrimoine culturel du cloître de l’intérêt national ( BCIN )
Sources :
http://www.elpuntavui.cat/noticia/article/5-cultura/19-cultura/696830-origen-salamanca.html?cca=1
http://fempatrimoni.blogspot.com.es/2013/11/cronologia-i-origen-de-les-galeries.html

Chronologie reconstituée du cloitre de Palamos

      • XIème siècle : construction du cloitre dans la vieille cathédrale de Salamanque
      • 1755 : Le terrible tremblement de terre de Lisbonne endommage le cloitre
      • 1783 : le cloitre est démantelé, pour reconstruction. Il est stocké hors de l’église.
      • 1785 : construction d’un nouveau cloitre de style néoclassique
      • 1923 : mise en vente des pierres.
      • 1931. L’Espagnol Ignacio Martínez Martínez acquiert le cloître ancien (pas de données sur l’acquisition). Commence alors l’assemblage du cloître sur un terrain situé dans ce qui est aujourd’hui le quartier de Ciudad Lineal, appartenant à un ami de Martinez. Le propriétaire engage le restaurateur Julián Fernández Ortiz pour assurer la protection et la restauration du cloître. Le restaurateur s’installe avec sa femme et ses enfants dans une maison à côté du cloitre.
      • 1931-1943 : Les travaux progressent et l’ensemble est mis en vente pour cinq millions de pesetas à partir de 1936
      • 1958. Hans Engelhorn , l’ancêtre de l’actuel propriétaire du Mas del Vent, acquiert l’ensemble à Madrid
      • 1961 ou 1962. L’écrivain Josep Pla passe une nuit au Mas del Vent, et le consigne dans son livre « le passage gris ». Il témoigne de l’existence du cloitre.
      • 2010. Le professeur à l’Université de Gérone, Gerardo Boto, découvre dans l’édition française Juillet-Août du magazine AD, une photo d’un cloître roman qui suscite son intérêt et motive le début de ses recherches.
      • 2010. En parallèle, l’association des Amis de l’art roman (asociación de Amigos del Románico) envoient plusieurs demandes aux diverses administrations pour permettre l’accès de la propriété à tous les experts pour l’évaluation . Ils ne reçoivent aucune réponse.
      • Du 2 au 6 mai 2012. Lors d’une conférence de spécialistes intitulée Fugitive Art (Arte fugitivo), qui s’est tenue à l’Université de Barcelone, le professeur Gerardo Boto donne des conférences sur le cloître de Palamos.
      • 5 Juin 2012. El Païs publie l’ensemble de l’histoire. La publication provoque une réaction des propriétaires du Mas del Vent. Ils autorisent pour la première fois l’accès à la propriété aux techniciens du gouvernement et aux médias.
      • 6 Juin 2012. Les représentant des propriétaires publient une déclaration pour affirmer que les propriétaires ont toujours douté de l’authenticité du cloître roman. Il affirme qu’il existe une documentation sur l’acquisition du cloître dans les archives municipales de Palamos .
      • 7 Juin 2012. Témoignage du fils d’un restaurateur d’antiquités madilène, Julián Fernández Ortiz, qui explique que le cloitre a été recontruit dans les années 30, puis vendu en 1958 à un rtiche propriétaire de la Costa Brava.Il garde des souvenirs abondants du cloître auprès duquel il a passé son enfance.
      • 7 Juin 2012. Les techniciens de la Generalitat visite le Mas del Vent pour inspecter le cloitre.
      • 8 Juin 2012. Les journalistes sont autorisés à voir le cloitre. C’est la première rencontre physique de G Boto et du cloitre.
      • 31 juillet 2012 : la commission d’enquête statue sur la caractère de plagiat du cloitre de Palamos, tout en admettant ne pas pouvoir répondre à toutes les questions sur l’origine et la construction de ce monument
      • Novembre 2013 : Gerardo Boto donne une conférence, démontrant après une année de travaux, l’origine romane du cloitre et sa provenance, la vieille cathédrale de Salamanque.

cloitre de Palamos 31

Sources, documentation :
http://es.wikipedia.org/wiki/Claustro_rom%C3%A1nico_del_Mas_del_Vent_de_Palam%C3%B3s
http://www.thehistoryblog.com/archives/17440
http://www.elpuntavui.cat/noticia/article/5-cultura/19-cultura/547466-claustre-empeltat.html
Les articles d’el Païs relatif au cloitre de Palamos

photos du cloitre de Palamos

chronologie

L’aventurier des arches perdues du cloitre de Palamos (3)
Cet article vous a plu? Notez-le

Amateur de soleil et de criques. J’aime les balades le long de la mer méditérannée, la gastronomie catalane, la plongée sous-marine, les photos et les oiseaux dans les rizières de Pals.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *