Action pilote pour la restauration des gorgones dans les iles Medes

Dans le cadre projet europeen MERCES (Marine Ecosystem Restoration in Changing European Seas), dédié à la restauration des habitats marins, le Parc Naturel de Montgrí, des îles Medes et du Bas-Ter, l’association des centres de plongée et l’équipe scientifique du projet collaborent pour mettre en œuvre une action de la restauration des gorgones dans les iles Medes. Cette semaine, les membres des centres de plongée et des scientifiques ont transplanté des fragments de colonies de gorgones, dans des zones où les taux de mortalité sont élevés. La réalisation de cette action doit permettre de mieux connaitre les évolutions des espèces transplantée, contribuer à la réalisation d’uin protocole scientiqiue pour la Action pilote pour la restauration des gorgones.

restauration des Gorgones sans les iles Medes
Cette action a pour but de contribuer au développement du protocole pour la restauration de l’habitat de cette espèce emblématique de la Méditerranée. L’Institut des sciences marines et le Centre d’Études Avancées de Blanes, CSIC, l’Université de Barcelone et l’Université de Girona participent à ce projet européen impliquant 16 pays.

Œuvrer à la récupération de la biodiversité

Les activités humaines altèrent le fonctionnement des écosystèmes. Les océans et les côtes ne font pas exception, et la dégradation des habitats marins menace la survie de nombreuses espèces. La restauration des écosystèmes est l’un des outils dans certains cas, la seule disponible, pour maintenir la biodiversité et son fonctionnement.
MERCES (Marine Ecosystem Restoration in Changing European Seas), est un projet européen pour la restauration des habitats marins, Le projet, coordonné par l ‘Université Polytechnique de Marche (Italie), comprend 28 institutions de 16 pays différents: de la Norvège au Royaume – Uni, de la Méditerranée à la Turquie et représente un investissement de 6 millions d’euros. Le projet a démarré le 1er juin 2016 et aura une durée de 4 ans. Merces est le premier projet européen en 2020 axée sur le développement des outils et des solutions pour restaurer les écosystèmes marins dégradés. Il est axé sur la régénération des habitats qui sont considérés comme des points chauds de la biodiversité marine et les herbiers marins, les écosystèmes côtiers rocheux et profondes de l’Atlantique Nord, la mer de la Frise, la mer Baltique et la Méditerranée.

L’action de restauration des gorgones gagne en efficacité

Une équipe de six scientifiques du CSIC et de l’Université de Barcelone, et 16 instructeurs de différents centres de plongée L’Estartit, ont réalisé cette action pilote de restauration des gorgones (Paramuricea clavata) dand les îles Medes.

Pendant les 40 minutes d’immersion, environ 400 fragments de colonies de gorgones ont été transplantées, couvrant une superficie d’environ 10 mètres carrés dans une zone où gorgones avaient des taux élevés de mortalité. Cette action vise à contribuer à la reprise des populations avec un mauvais état de conservation et de développer la restauration des protocoles de cet habitat méditerranéen emblématique.

restauratioon de gorgones

Gorgones prêt à être transplanté. (Image: Joaquim Garrabou)

Les chercheurs, Joaquim Garrabou, chercheur à l’Institut des sciences marines (ICM-CSIC) et Cristina Linares, professeur à la Faculté de biologie de l’UB, sont responsables de la coordination des activités de restauration des fonds dominés par les gorgones et les coraux. Ce sont des habitats qui ont une grande complexité structurelle et donc favorisent le développement de la biodiversité élevée. En fait, ces fonds sont l’une des principales attractions pour les milliers de plongeurs qui visitent chaque annéen les îles Medes.

Ces chercheurs ont déjà fait des greffes de test  avec une colonie de corail rouge saisi  à des braconneurs en 2011. Les résultats sont très positifs et les colonies transplantées montrent un taux de survie élevé 5 ans plus tard (voir plus loin)

L’action pilote pour de restauration des gorgones a été conçue pour donner un élan pour élargir la portée de ces actions de restauration qui jusqu’à présent avaient été limitées à des actions pilotes. En ce sens, dit Joaquim Garrabou: « grâce à la collaboration des enseignants des centres et à l’avenir, d’autres groupes, nous mettons en œuvre des projets de restauration ambitieux qui nous permettent de passer  de presque  rien à quelques dizaines de mètres carrés. »

Le succès de cette collaboration pour la restauration des gorgones est un exemple à suivre à l’avenir pour contribuer efficacement à la conservation du patrimoine naturel des îles Medes en particulier et sur la côte catalane en général. « Les techniques de restauration marines sont à un stade précoce et nous avons besoin de la participation des différentes parties prenantes si nous mettons en œuvre des mesures réellement efficaces », explique Cristina Linares, de l’Université de Barcelone.

Pour sa part, Ramon Siliceo, représentant des Centres de plongée de L’Estartit, ajoute que « la collaboration du personnel des centres de plongée et des chercheurs montre une fois de plus la nécessité de travailler ensemble pour atteindre un modèle touristique qui est durable et prendre soin de l’environnement ».

Les tests sont élaborés dans des réserves marines, mais le but ultime est d’obtenir des protocoles pour la restauration, et les appliquer dans les zones non protégées qui sont touchées par la pêche, la pollution et le changement climatique. L’efficacité des actions de restauration mesurée en laboratoire et sur le terrain, en utilisant un large éventail de méthodes et d’approches, allant de l’expérimentation éco physiologique, en passant par l’analyse de la connectivité appliquée à la génétique des populations, la projection des résultats des actions de restauration, grâce à la modélisation de la dynamique des populations, où l’utilisation de robots sous-marins pour surveiller les actions dans les zones profondes.

 

Restauration des gorgones et autres expériences de restauration en cours

Outre ce projet de restauration des gorgones dans les iles Medes, d’autres expériences diverses actuellement sont menées dans le cadre du projet de restauration des habitats L’un d’eux est effectuée aux îles Medes où, en 2011, les scientifiques ont transplanté du corail rouge d’une saisie de la pêche illégale et évaluent leur évolution. Les résultats sont très positifs et les colonies transplantées ont montré un taux de survie plus élevé après cinq ans.


En plus de cette restauration sont en cours dans d’autres expériences Cap de Creus, Minorque et Corse. Les essais effectués dans les réserves marines, mais le but ultime est de parvenir à des protocoles de restauration, et aussi les appliquer dans les zones non protégées qui sont touchées par la pêche, la pollution et le changement climatique.
Ce travail peut être comparé à la restauration des terres forestières parce que les espèces sélectionnées pour des actions de restauration, reforment la structure des habitats marins et permettent à d’autres espèces de se développer, comme pour les arbres.

gorgonnes de méditérannée
Ici nous trouvons en particulier, de la collaboration avec divers macroinvertébrés, tels que les éponges, les coraux, les mollusques et macrophytes tels que Posidonia et plusieurs espèces d’algues du genre Cystoseira.

 

pour aller plus loin :

http://noticiasdelaciencia.com/not/24595/realizan-una-accion-piloto-de-restauracion-de-gorgonias-en-el-parc-natural-del-montgri-illes-medes-i-baix-ter/

 

http://premsa.gencat.cat/pres_fsvp/AppJava/notapremsavw/301198/ca/accio-pilot-restauracio-gorgonies-parc-natural-montgri-illes-medes-ter.do

http://www.dicat.csic.es/rdcsic/index.php/en/recursos-naturales-2/121-projects/397-a-european-project-to-restore-marine-habitats-and-biodiversity

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *