Protection écologique des îles MEDES: un laboratoire à ciel ouvert qui exporte son modèle de gestion

Ce post est la traduction d’une interview de Mapi Carabus, la biologiste du parc naturel du Montgri, des îles Medes et du Baix Ter, sur les bienfaits et l’efficacité de la protection écologique des îles MEDES, et plus largement sur les retombées écologiques et sociétales du parc naturel du Montgri, des îles Medes et du Baix Ter.
Protection écologique des îles MEDES

Le système de protection écologique des îles Medes, un modèle exemplaire et exportable

L’archipel formant les îles Medes, ainsi que les zones humides Massif Mongri et Baix Ter, est devenu un laboratoire naturel en plein air qui a exporté son modèle de gestion à d’autres réserves maritimo-terrestre de Méditerranée, impliquées dans la conciliation, du développement et de l’usage public avec les contraintes de la conservation des ressources naturelles.
Le parc est composé d’un ensemble d’écosystèmes très différents (fonds marins, un massif de calcaire et les marais côtiers), concentrés uniquement sur « seulement » 8.000 hectares classés comme un site d’importance communautaire (SIC) et comme zone de protection spéciale (ZPS) pour les oiseaux, les deux formes de protection prévues par le réseau Natura 2000. Sur les 25 habitats distincts qu’abrite le parc, onze sont classés comme « intérêt communautaire» et trois comme «prioritaires».
La biologiste du parc naturel du Montgri, des îles Medes et du Baix Ter, Mapi Carabus, s’appuie précisément sur le slogan que la parc a utilisé pendant des années pour sa promotion (« Un parc, trois paysages ») pour montrer l’importance écologique du site et mettre en valeur ses singularités environnementales. La principale valeur de cet espace est d’avoir atteint un équilibre entre la conservation des ressources et un usage public comme un moteur du développement.
«Notre défi est de maintenir ce fragile équilibre et que les activités humaines ne finissent pas endommager la santé du parc », poursuit Mapi Carabus.

parc naturel du Montgri, des îles Medes et du Baix Ter

Activités nautiques et sous-marines

Les îles Medes compte comme une des réserve de flore et de faune marine les plus importantes de la Méditerranée occidentale, et sont devenus l’une des  » Mecque » de la plongée, et font donc vivre dans la région des dizaines de sociétés offrant des activités aquatiques et subaquatiques
Le Montgrí est un massif calcaire qui se dresse au milieu de la plaine de l’Empordà avec des bizarreries géologiques remarquables (grottes et cavernes), et les zones humides du Baix Ter (zone littorale à l’embouchure du ter) composent des écosystèmes différents, marais, plages naturelles et systèmes dunaires.
La biologiste a mis en évidence le potentiel touristique de la région, qui, à son avis, a augmenté depuis l’introduction de la surface terrestre dans la zone de protection intégrale, qui se limitait à l’origine aux sept îles qui composent les Medes.

Plongée îles MEDES

Faune

On trouve sous la mer des populations denses d’algues, des centaines d’espèces d’animaux colorés, des coraux, de gros rochers, des étoiles de mer, des gorgones, des poulpes, des langoustes et des grands dauphins. Sur les rochers des îles Medes, on rencontre, le Goéland argenté, dont c’est une des colonies les plus importantes de la Méditerranée, mais aussi de petits hérons, des aigrettes, des cormorans et même de petits rapaces comme le faucon pèlerin. Les oiseaux, et particulièrement es oiseaux de mer, sont les vraies stars de la faune terrestre, et on dénombre 189 espèces.
A l’abondante flore et faune marine, aux nombreux oiseaux qui montrent que c’est ‘une des plus grandes et des meilleures réserves maritime-terrestre en Méditerranée, on doit ajouter deux « joyaux » invertébré, un papillon appelé «Vierge des vagues rouges  » et le « cerf volant », le plus grand coléoptère en Europe.
Ensemble, les ressources naturelles et paysagères de ces espaces sont devenus la principale attraction touristique de la région et le principal moteur du développement de toute la zone, un exemple de développement durable pour le réseau Natura 2000 qui sera imité par les d’autres réserves maritimo-terrestre de Méditerranée.

Sources :
noticias.terra.es
www.abc.es
www.diaridegirona.cat
ecodiario.eleconomista.es

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *