La Costa Brava, terre de clichés ?

La Costa Brava, côte sauvage

Le 12 septembre 1908 le journaliste Ferrán Agulló, dans la «Veu de Catalunya», publiait un article intitulé «Per la Costa Brava». C’est ainsi qu’apparaissait pour la première fois l’expression «Costa Brava». Elle faisait référence aux criques et villages de la Méditerranée, de l’embouchure de la rivière Blanes jusqu’à la frontière française, voire au-delà puisqu’on peut considérer que la Costa Brava commence à Collioure. « Costa Brava » cela veut d’abord dire côte sauvage, pour souligner le caractère de cette côte rocheuse découpée.

La Costa Brava, terre de clichés

 « L’étranger nous vient toujours, d’abord, par le cliché. Impossible de l’éviter. Toutes les images du monde quand nous les recevons sont simplifiées jusqu’à l’extravagance. Aujourd’hui encore, lorsque nous partons pour un pays inconnu, qu’en savons nous ? Nous avons lu quelques articles, peut-être, ici ou là, dans un magazine, parfois un livre, nous avons vu un film s’y déroulant, dans le meilleur des cas u n documentaire ou un reportage. Et notre esprit a schématisé ce qu’il a reçu. Pour ne pas l’oublier, probablement. Pour conserver au moins quelques points de repère. Car les complexités de notre monde sont telles que nous ne sommes pas équipés pour le pénétrer, pour y faire face.

[…]

Nous passons à coté des peuples, dans nos voyages, sans les voir. Et sans les entendre. »

 

Jean Claude CARRIÈRE, Mémoire espagnole(1)

Alors qu’est ce que la Costa Brava ?

Les villages de pêcheurs, l’arôme des pins, les paysages abrupts, une mer magnifique, des plages et des criques sauvages, des habitants profondément attachés à leurs traditions… Il n’en faut pas plus pour faire la renommée de la Costa Brava qui depuis plus de 100 ans, a attiré des millions touristes.

Oui, la Costa Brava est devenue au fil des années, synonyme de tourisme de masse. Dans les années 60 et 70, l’Espagne a industrialisé le tourisme sur de cette côte (et de bien d’autres côtes plus au sud). On peut en voir le résultat à Lloret de Mar et à Platja d’Aro ou à Empuriabrava, la plus grande marina d’Europe.

Lloret de MarSortir des sentiers [trop] battus

A coté de cette image ringarde de plages bondées au pied des tours, des enfilades de discothèques, point de rencontre d’une jeunesse européenne dopée à l’électro, il subsiste des endroits qui ont gardé tout leur charme et leur authenticité, ou vous pourrez rencontrer des catalans fiers de leur région et heureux de vous accueillir pour vous faire découvrir l’âme de ce pays. Entendons nous bien, nous parlons ici d’endroits qui reçoivent quand même des milliers de touristes, pas de la steppe ou de la savane. La découverte de la Costa Brava, ça n’est tout de même pas la traversée du Sahara ou de la Mongolie en camping car (ceci dit, la traversée du parc de Creus, des Gavarres ou du massif de Montgri peut réserver de grands moments de solitude à ceux qui le désirent, même en plein mois d’Août).

Tossa de mar

Mais j’en ai marre d’entendre que « la Costa Brava n’est plus ce qu’elle était… » Les gens imaginent toujours Dali, Gala et leurs amis perdus à Port Lligat, se baignant dans une nature vierge… Cette carte postale rêvée de la Costa Brava a peut-être existée. Mais il fallait une semaine pour faire Paris Cadaques et aujourd’hui, autour de la méditerranée, les plages désertes ne sont pas légion.

Alors prenez le temps de préparer votre séjour. Choisissez vos points de chute en fonction de vos envies. Découvrez le pays en arrière de la côte, parcourrez les collines et les sentiers côtiers. Il y a tant de jolis villages et tant de criques à découvrir. Le monde de Dalì a tant à donner. Tant de souvenirs à créer.

(1)   J’ai beaucoup aimé ce livre qui livre une expérience très personnelle et très riche de l’Espagne sur les 50 dernières années. M. Carrière a vraiment beaucoup de talent pour nous faire partager ses souvenirs avec émotion et retenue. Passionnant.

 

2 réflexions au sujet de « La Costa Brava, terre de clichés ? »

  1. Bonjour,
    Il est vrai que le tourisme a fait de la région une terre un peu artificielle, mais au même temps, la Costa Brava garde encore des petits bijoux comme les volcans de Girona ou Calella de Palafrugell. Je vous recommande vivement ce village, calme et beau, à coté de la mer. Je suis allé plusieurs fois et j’ai bien aimée, son taille moyenne, et son aspect mi moderne mi traditionnel. En plus il y a des nombreux lieus pour séjourner. Si quelqu’un a besoin d’une piste, voici une: .
    Cordialement

  2. Il fut un temps où la Costa Brava était « la destination » et je pense que ce n’est pas prêt de s’arrêter. Il y a tant à découvrir dans cette merveilleuse contrée.

    Caroline N.
    Ma prochaine mission : Le tour du monde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *